Offre de contrat doctoral au Laboratoire d’économie d’Orléans


Le Laboratoire d’Economie d’Orléans(UMR 7322 – CNRS) propose un contrat doctoral pour un/e étudiant/e en cours d’obtention, ou titulaire, d’un Master en vue de préparer une thèse sur l’un des deux sujets décrits ci-dessous (le choix dépendra principalement des affinités du candidat). La thèse sera co-dirigée par Anne Lavigne, professeur à l’Université d’Orléans et Alexis Direr, professeur à l’Université d’Orléans et membre affilié à PSE. Outre la rémunération liée au contrat doctoral, le/la doctorant/e bénéficiera de toutes les conditions matérielles et intellectuelles fournies par le Laboratoire lui permettant de mener à bien sa thèse. Il/elle devra maîtriser suffisamment le français (écrit et oral). Les candidat(e)s intéressé(e)s doivent envoyer un bref email de motivation accompagné de leur CV à Alexis Direr.
Sujet 1 : “Les pensions de réversion en France : l’impact des réformes des retraites récentes sur les pensionné(e)s”
Les pensions de réversion correspondent à une partie de la retraite dont bénéficiait, ou aurait pu bénéficier l’assuré décédé, reversée au conjoint survivant. Elles représentent une dépense annuelle de plus de 30 milliards d’euros, soit environ 13 % de la masse des pensions tous régimes confondus en France. Pour les femmes, elles constituent une part importante des revenus de remplacement ; pour les femmes titulaires d’une pension de réversion avec droit propre, la réversion représente 47% du montant total de pensions perçues. Lors des réformes des retraites de 1993, 2003 et 2009, les règles de calcul des droits à réversion ont été substantiellement modifiées sans que ces modifications n’aient été évaluées. L’objectif de la thèse consiste à mesurer l’impact des réformes successives des retraites sur l’équivalent patrimonial des droits à réversion, à partir des données de l’Echantillon Interrégime de Retraités, et plus généralement à estimer l’équivalent patrimonial des droits à la retraite des bénéficiaires de pension de réversion (droit direct et droit dérivé), à comparer son évolution dans le temps, et pour différents cas types. 
Sujet 2 : “L’analyse économique de la discrimination dans les contrats d’assurance”
Une des particularités des marchés d’assurance est la segmentation des assurés en fonction de caractéristiques corrélées avec leur risque. Les choix des critères de segmentation des assurés et la tarification différentielle sont des dimensions importantes de la concurrence entre les assureurs et a des conséquences sur la répartition du risque entre les assurés et leurs incitations à s’assurer. La question de l’utilité de la segmentation a été récemment relancée par un arrêt du 1er mars 2011 par la Cour européenne de justice qui interdit depuis décembre 2012 la différenciation des assurés en fonction de leur sexe. L’objectif de la thèse est d’étudier la question de la segmentation des risques et de l’intérêt de leur interdiction par la puissance publique. Dans quelle mesure cette interdiction affecte-t-elle les différentes catégories d’assurés ou induit-elle une redistribution indésirable entre ceux-ci (par exemple des pauvres vers les riches) ? Quel est l’impact attendu sur la concurrence entre les assureurs ? Sachant que la concurrence sur le marché de l’assurance est imparfaite, l’interdiction de différencier les contrats est-elle favorable ou défavorable à la concurrence en prix ? Enfin, quel est l’impact prévisible sur les politiques de segmentation des assureurs en fonction des autres critères de sélection ?

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir